fbpx
Le patrimoine des moulins à l’honneur les 22 et 23 juin

Le patrimoine des moulins à l’honneur les 22 et 23 juin

Le patrimoine des moulins à l’honneur les 22 et 23 juin

Sous l’impulsion de la FFAM (Fédération Française des Associations de sauvegarde des Moulins), les 22e Journées du patrimoine de pays et des moulins se tiendra comme chaque année le troisième week-end de juin. Rendez-vous au Village du Livre, ancienne minoterie du XIVe.

Parrainée par Jean-Pierre Pernaut, l’édition 2018 avait rassemblé plus de 1000 animations et attiré 120 000 visiteurs. En organisant chaque année cet événement national, la FFAM souhaite mieux faire connaitre ce patrimoine singulier dont l’origine remonte à l’époque gallo-romaine. Modèles de production de fonctionnement écologique, les moulins représentent un potentiel de centaines de mégawatts pour une transition énergétique durable et responsable.

Le Village du Livre – Librairie de l’imaginaire est situé dans l’ancien moulin de Laubardemont, à Sablons (33). Ici, la rivière l’Isle forme un îlot charmant et ombragé. Au 16e siècle, l’écluse de descente longue de 24 mètres permettait aux gabares chargées de blé d’accoster aux pieds de la minoterie.

Les plans primitifs attestent de l’excellente organisation de la fabrique. Au XIXe, le moulin se composait de 9 coursiers sur lesquels évoluaient 9 paires de meules activées par des rouets à cuve. Aux étages supérieurs étaient installés des nettoyages de grains, des bluteries pour tamiser la farine et une étuve à vis d’Archimède tournante. Il est probable que cette vis fut à l’origine d’un violent incendie en 1850. Un second sinistre aura raison de la vocation meulière du site, qui deviendra une huilerie en 1895. Le commerce d’arachides bat alors son plein entre le port de Bordeaux et l’Afrique. Les cacahouètes arrivent en Gironde par bateaux à voile puis sont acheminées à Laubardemont en gabares.

C’est une époque de plein essor où le moulin traite jusqu’à 60 000 tonnes d’arachides par an, emploie 600 à 800 personnes et 60 bateliers. Après la Seconde Guerre mondiale, si l’huile de table fabriquée à Sablons est toujours très appréciée, la production se diversifie vers l’alimentation animale. Puis le site est fermé en 1976.

Des turbines et de l’eau

Depuis 2001, le nouveau propriétaire a installé des turbines pour produire de l’électricité, revendue à EDF. Les deux petites ont une puissance de 40 kW tandis que la plus importante, qui a fait l’objet d’une construction particulière il y a 5 ans, est de 150 kW. On devine sous le sol l’eau qui s’engouffre bruyamment, mettant en mouvement les axes et les énormes hélices. Près de la rivière, les immenses trappes s’ouvrent ou se ferment selon la hauteur et le débit de l’eau.

Pendant les Journées des Moulins, les installations se visitent. Dans la grande salle, les murs portent encore la trace des emplacements des anciens étriers. Ils soutenaient les poulies démultiplicatrices chargées de broyer les arachides. Didier Rodriguez, fondateur du Village du Livre, complète d’ailleurs la visite des turbines en dévoilant les anciennes photographies affichées au 1er étage de sa librairie. Elles montrent l’huilerie au début du XXe siècle. On y voit l’activité d’autrefois et les fameuses poulies.

En faisant revivre ce patrimoine industriel, Les Journées des Moulins inscrivent dans notre histoire contemporaine la place de ces sites qui utilisaient bien avant nous les énergies renouvelables à leur disposition, l’eau et le vent !

En savoir plus sur la FFAM : https://www.moulinsdefrance.org/

La bibliothèque de Roland Dumas au Village du Livre

La bibliothèque de Roland Dumas au Village du Livre

La bibliothèque de Roland Dumas au Village du Livre

C’est l’histoire d’une rencontre exceptionnelle entre Roland Dumas, ancien ministre de François Mitterand et président du Conseil constitutionnel, et Didier Rodriguez, fondateur du Village du Livre en Gironde. Entre les deux, la transmission de nombreux livres, photos et de collections complètes. Inauguration le 22 juin de la bibliothèque Roland Dumas, désormais installée au moulin de Laubardemont.

Comme tous les rendez-vous improbables, il faut une touche de hasard, un peu de curiosité et au final, une alchimie qui se crée entre deux individus. Roland Dumas, âgé aujourd’hui de 96 ans, vit à Paris, sur l’ile Saint Louis. Comment l’ancien avocat et homme politique a-t-il eu l’idée de confier son fonds documentaire au Village du Livre ? Didier Rodriguez s’en souvient très bien : « Son épouse, Anne-Marie Dumas, était dans leur maison de Saint Selve (33) lorsqu’elle a vu un reportage sur nous réalisé par France 3. C’était en 2018. Elle s’est renseignée et m’a appelé, car Roland Dumas souhaitait léguer sa bibliothèque. Ensuite, tout est allé très vite. »

Des livres signés Dali, Picasso, Lacan…

La première rencontre est probante. D’autres suivront, au domicile parisien de Roland Dumas, qui n’est autre que l’ancien atelier de Camille Claudel. Dans ce lieu marqué par l’histoire, les deux hommes passent plusieurs journées à parler littérature, art, politique. Malgré l’âge, l’homme politique n’a rien perdu de sa verve et de sa vivacité d’esprit. Alors qu’il ne devait donner que quelques livres au départ, Roland Dumas décide alors de confier tout son fonds documentaire au Village du Livre. Émerveillé par la diversité et la richesse des ouvrages accumulés pendant des années, Didier va de surprise en surprise. « Roland Dumas était avocat de Picasso, de Lacan, de Kadhafi. Il était proche de François Mitterand, bien sûr, et de nombreux hommes politiques, mais aussi de Gorbatchev. Il parle russe couramment d’ailleurs. Passionné de psychanalyse, d’art et d’opéra, il côtoyait Giacometti, Braque, Dali, Jean Genet, Pavarotti… Tous lui ont dédicacé des lettres, des livres, des affiches, des invitations, des photos. Il m’a confié l’ensemble de ces documents. C’est pour moi une grosse responsabilité. »

Des trésors exposés ou vendus aux enchères… plus tard

Touché par cette confiance, Didier Rodriguez décide alors de consacrer une salle du Village du Livre à cette collection. La salle Roland Dumas, qui sera inaugurée le 22 juin en présence de personnalités politiques et de l’intéressé, est aménagée avec des éléments du bureau de l’ancien ministre, meubles de bibliothèques et écritoires. Partout, des photos et des archives témoignent de pans entiers de l’histoire de France du XXe et de la Ve République. Relations internationales, hommes politiques, vie intellectuelle et artistique… les visiteurs de plus de 40 ans retrouvent ici un vrai concentré des actualités de leur jeunesse.

Avec un sourire ravi, Didier Rodriguez montre tous ces trésors qu’il n’a pas encore fini de découvrir. Dans un coin, des cartons encore fermés attendent pour être déballés. Mais Didier sait très bien ce qu’ils renferment. Il y a des secrets bien sûr, des diplômes, des témoignages d’anciens chefs d’État, des cadeaux offerts alors que M. Dumas était aux Affaires étrangères…

Au-delà des documents exposés dans la salle Roland Dumas et après l’inauguration du 22 juin, Didier va ensuite s’attaquer à la constitution du catalogue. Il s’agit de recenser, référencer et chiffrer tout ce qui sera proposé aux enchères. Un travail colossal ! « Parmi les pépites, il y a des éditions originales, des dessins satiriques et des lettres autographes signées par les plus grands noms. J’ai bien conscience qu’avec cette collection, le Village du Livre devient dépositaire d’une petite partie de l’histoire contemporaine. Pour nous, c’est une aventure unique. »

 

Plantes de bassin, beauté des jardins

Plantes de bassin, beauté des jardins

Dès l’entrée, de gros pots colorés accueillent les visiteurs. A la surface de l’eau, des nénuphars pointent leurs fleurs rosées. Hop, un mouvement insolite secoue une feuille. Une reinette, sans doute, qui se tait à notre approche et se cache. Le Village du Livre à Sablons (33) est le royaume des livres, de l’imaginaire… et des plantes aquatiques.

 

Comme toujours, les histoires se croisent et s’entremêlent : celle de ce lieu atypique niché sur les bords de l’Isle, tour à tour minoterie puis huilerie, avant de devenir une entreprise culturelle phare de la Gironde, tournée vers la conservation du patrimoine papier. Puis celle de son fondateur, Didier Rodriguez qui, avant d’investir dans les livres d’occasion, fut l’un des premiers aquaculteurs de France. Dès 1990, il développe la culture des plantes aquatiques et livre plus de 500 jardineries. Ses nénuphars, lotus, plantes de berges, amphibies ou flottantes ornent de nombreux bassins dans toute la France. « Ce sont des plantes filtrantes ou oxygénantes, explique-t-il, qui se nourrissent des impuretés de l’eau. L’Hippuris vulgaris, ou Pesse d’eau, fait même les deux : elle filtre et produit plus d’oxygène qu’elle n’en consomme. Ces végétaux sont parfaits pour purifier l’eau des piscines naturelles, par exemple. »

Si les plantes de berges apprécient les sols humides, comme l’astilbe, l’iris japonais, la prêle ou le jonc fleuri, leurs racines ne doivent pas être immergées en permanence. À l’inverse, les nénuphars ou les lotus se plaisent en eau profonde. Didier : « Ces plantes, comme beaucoup, sont végétatives en hiver. En fin d’été, elles remplissent leurs racines -ou bananes- pour constituer des réserves et passer la saison froide au repos. En Asie, on consomme d’ailleurs les bananes de certaines variétés de nénuphars ».

 

Deux passions réunies : les plantes et les livres

Parallèlement à l’aquaculture, Didier Rodriguez a vite cumulé une autre activité. En 1995, il achète son premier stock de livres d’occasion puis un deuxième, très vite, jusqu’en 2001 où il acquiert le-livre.fr. La vente des livres d’occasion prend alors de l’ampleur. Le fonds documentaire se structure, les ventes en ligne se développent et le projet du Village du Livre prend forme. « Le Village du Livre est un ancien moulin, situé au bord d’une rivière. J’ai donc tout naturellement maintenu l’activité de culture des plantes aquatiques ici », raconte Didier.

Au Village du Livre, on peut donc venir découvrir et feuilleter des trésors de papier, admirer des lotus ou des nénuphars et acheter les uns et les autres toute l’année. On peut aussi venir plus spécialement à la Fête des plantes et du mobilier de jardin, organisée le samedi 11 mai de 10 h à 18 h. Elle réunira passionnés, collectionneurs, producteurs, botanistes et amateurs de mots, de verdure et de beauté.

 

En savoir plus sur la Fête des plantes et du mobilier de jardin

Notre-Dame, star de la littérature

Notre-Dame, star de la littérature

Au fil des siècles, Notre-Dame a sans cesse inspiré cinéastes, artistes, poètes et écrivains. Après l’incendie du 15 avril, les équipes du Village du Livre ont eu envie d’explorer les œuvres disponibles dans notre fonds documentaire d’occasion. Nous avons trouvé des merveilles !

Revoir la silhouette intacte de la cathédrale

C’est désormais très émouvant de feuilleter des livres du siècle dernier, voire plus anciens, et de retrouver la vaste toiture grise sous laquelle on imagine la magnifique charpente, surmontée par la flèche de Viollet-le-Duc. Patrimoine parti en fumée, mais que de nombreux auteurs ont commenté, documenté et à leur manière, immortalisé.

Dans son ouvrage « Les grandes heures de Notre-Dame de Paris », datant de 1951, Pierre-Marie Auzas retrace huit siècles d’histoire dans la plus célèbre des cathédrales françaises. Inspecteur des Monuments historiques, l’auteur nous livre sur près de 40 pages un récit palpitant du Moyen-Âge à nos jours. De l’édifice niché entre les deux bras de la Seine, il admire « ce point d’or à la pointe de la flèche que Viollet-le-Duc a eu la bonne idée de nous planter entre les épaules… cet œil, par-dessus le triple portail, souligné par une rangée de rois… ces anges là-haut qui pleurent et qui bénissent et qui communiquent d’une tour à l’autre… ce satyre accoudé au deuxième étage qui lui tire la langue… »

En seconde partie du livre, plus de cent pages d’illustrations relatent sa présence dans notre histoire de France et racontent la magnificence des trésors abrités entre ses murs. L’île de la Cité, au XVIe siècle, isolée parmi les flots, l’arrivée d’Henri IV en 1594, le mariage du jeune Louis XIV, des gravures détaillant le transept ou les trois portails de la façade, Napoléon bien sûr, ou encore Notre-Dame sans la flèche en 1852. Et que dire des sacs entassés devant l’entrée en 1940 pour la protéger des bombardements ?

LES GRANDES HEURES DE NOTRE-DAME DE PARIS, de Pierre-Marie Auzas – disponible en stock – 39,80 €

 

Plus récent, le livre format poche de Yvan Christ « Notre-Dame de Paris » revient avec de nombreuses photos, sur l’histoire de ce lieu de culte et son importance au cœur de Paris. L’émotion ressentie lors de l’incendie dans le monde entier lui donne raison : « Paris a beau accumuler les pierres sur les pierres… c’est Notre-Dame, dont le destin n’a jamais cessé de s’identifier à la nation française, qui demeure, à l’orient de l’île de la Cité, son permanent symbole. » Les dernières lignes écrites par l’auteur, en guise de conclusion, prennent aujourd’hui un poignant relief : « Tous les siècles ont ajouté des strophes de prières ou de pierre, de musique ou de marbre… Il est des musées désertés ou des temples secrets, que les rumeurs de la vie abandonnent lentement. Voilà ce qui, depuis huit siècles, n’a jamais menacé l’église-mère de Paris. Le silence n’est pas fait pour elle qui, une fois pour toutes, a été faite pour la vie de l’âme et de l’esprit ». En effet, passées les flammes et la sidération, Notre-Dame bruisse à nouveau de bruits de chantier. Sur son toit, dans ses tours, sur le parvis, des hommes s’affairent déjà à son chevet.

NOTRE-DAME DE PARIS, de Yvan Christ – disponible en stock – 29,80 €

 

Notre-Dame, en affiche ou à table, au choix !

C’est un grand format de 120 x 160 cm ! En fond, les visages de Charles Aznavour et Susan Hampshire. Au premier plan, la flèche de Notre-Dame indique la voie. Derrière, les quais et les ponts situent sans ambiguïté l’action de ce film de Pierre Granier-Deferre « Paris au mois d’août » : il est question d’amour et de Paris, sans aucun doute. Ici, la ville-lumière est un personnage à part entière…

AFFICHE DE CINEMA – PARIS AU MOIS D’AOUT – disponible en stock – 59,25 €

 

« Il n’est bon bec que de Paris » disait François Villon. Dans son numéro de mai 1975, la revue « La France à table » imagine donc une promenade au cœur de la capitale. Balade plus historique que gourmande : à l’exception de quelques recettes et bonnes adresses indiquées à la fin d’ouvrage, il s’agit plus de chanter les louanges de la cathédrale et de s’extasier, une fois encore, sur les beautés des quais de Seine. Mais sans perdre de vue que nous sommes dans une revue dédiée aux arts de la table, car entre deux pages de photos et d’histoire sur le cœur de Paris, des publicités de l’époque vantent les mérites du citrate de bétaïne, d’un traitement pour l’asthénie physique ou sexuelle (!) ou encore d’une pâte onctueuse destinée à soulager les voies digestives. Un mélange éditorial détonant mais charmant !

LA FRANCE A TABLE N°185 / MAI 1975 – disponible en stock – 19,80 €

 

Tous les passionnés de patrimoine papier les connaissent : les numéros de L’Illustration sont devenus « collectors ». Plus particulièrement celui-ci, daté du samedi 7 juillet 1894, qui revient longuement sur les funérailles de M. Carnot. « Il fallait voir la Seine, les berges noires de monde, les ponts dont les arches étaient prises d’assaut, et des barques partout, donnant à la Seine l’apparence d’un jour de régate… Mais ce qui était inattendu, c’était, au-dessus du grand portail drapé de deuil de Notre-Dame, des sœurs de charité parmi les saints de pierre de la galerie ajourée qui domine le portail… Et ces jeunes femmes, à demi-dissimulées derrière les statues gothiques, donnaient une singulière expression de vie à ces figures de pierre immobiles depuis des siècles ». Sur une double page de la revue, une gravure nous montre la nef tendue de lourds tissus noirs et la magnificence de la cérémonie.

L’ILLUSTRATION JOURNAL UNIVERSEL N° 2680 – disponible en stock – 39,80 €

 

Sans oublier, bien sûr, ses habitants les plus célèbres…

Un bossu au grand cœur, une belle gitane… Quand Victor Hugo crée ces personnages, il n’imagine certainement pas qu’ils deviendront, au fil des ans, les vedettes d’un dessin animé, de nombreux films et d’une comédie musicale. Dès l’annonce de l’incendie de Notre-Dame, son roman s’est placé en tête des ventes. Comme si chacun voulait se replonger dans les entrailles de l’église et se convaincre qu’elle saura se relever, malgré les épreuves et le feu.

A lire ou relire absolument, donc, et à tout petit prix ! Éditions d’occasion en stock de NOTRE-DAME DE PARIS, de Victor Hugo – format poche – 10,95 €